Santé : la propreté de l’air à l’heure de la pandémie

Depuis bientôt deux ans, le monde fait face à une pandémie mortelle liée au coronavirus. Ayant provoqué de nombreux morts, le virus responsable de la Covid-19 se propage très rapidement, principalement par l’air que nous respirons. En entreprise, dans les banques comme dans les foyers, le risque de contamination est élevé si des précautions ne sont pas prises. L’assainissement de l’air doit donc retenir une attention particulière pour contribuer à la sécurité sanitaire des personnes.

Comment se transmet le coronavirus ?

Le coronavirus ou plus précisément le SRAS-CoV-2 responsable de la Covid-19 se transmet d’une personne porteuse à une autre de façon directe ou indirecte : la transmission par l’air lorsqu’une distance de moins de 2 mètres existe entre les deux individus, par un contact direct entre ces deux individus ou par le contact avec une surface contaminée par une personne porteuse du virus. De ces trois modes de contamination, le constat fait est que celle par voie aérienne est la plus importante.

Pourquoi assurer la propreté de l’air en pleine pandémie ?

Si de plus en plus d’entreprises en France, à l’instar d’A2I, proposent des équipements aérauliques pour assainir l’air, ce n’est pas anodin. En effet, la propagation du SRAS-CoV-2 par les aérosols dans l’air est rapide dans des espaces clos, restreints et au sein desquels l’air n’est pas renouvelé. Cela l’est également lorsque le nombre de personnes dans l’enceinte est élevé, avec une exposition prolongée au virus dans l’air. Aussi, avec la recrudescence des cas de formes graves et des décès dus aux variantes du coronavirus, le risque de maladie est plus élevé avec une dangerosité plus accrue.

Par ailleurs, la pollution de l’air ne se limite pas uniquement à l’extérieur, mais également à l’intérieur des bâtiments. En effet, l’air intérieur contient 8 à 10 fois plus d’agents polluants que celui extérieur. Ceci, parce qu’un individu passe la majorité de son temps entre quatre murs et qu’il s’agit d’un espace restreint et fermé avec un renouvellement d’air faible, en comparaison avec l’extérieur. Au vu de ces raisons, assurer la propreté de l’air à l’heure de la pandémie est devenu une mesure sanitaire indispensable.

Quelles méthodes utiliser pour assurer la propreté de l’air à l’heure de la pandémie ?

Au-delà de la distanciation physique, du port de masque, de la désinfection régulière des surfaces et d’autres mesures sanitaires, la propreté de l’air permet également de limiter le risque infectieux de la Covid-19. Elle se fait suivant deux méthodes principales : la ventilation et la filtration. Pour l’une comme l’autre de ces méthodes, il s’agit de garantir la propreté de l’air en milieu professionnel comme dans les ménages en le renouvelant.

La ventilation permet d’aspirer l’air ambiant pour l’évacuer à l’extérieur, tout en introduisant de l’air extérieur afin de limiter l’abondance de virus dans les aérosols. Quant à la filtration, elle fait intervenir des filtres qui accumulent les particules infectieuses de l’air à sa sortie. Contrairement au système de ventilation, les dispositifs de filtration peuvent recycler l’air une fois filtré.

filtration de l'air Covid propreté de l'air

Quels sont les dispositifs de propreté de l’air ?

La ventilation peut se faire en ouvrant les fenêtres quand on se trouve dans son logement. En entreprise par contre, dans les pharmacies, laboratoires et autres immeubles professionnels, des dispositifs spécifiques doivent être installés à cet effet. Pour cela, les portes et fenêtres doivent être maintenues fermées. La filtration également est réalisée par des appareils pouvant être fabriqués sur mesure.

La ventilation est faite de façon mécanique, utilisant des ventilateurs. En ce qui concerne la filtration, elle est réalisée par des purificateurs d’air, tels que les armoires de traitement d’air, le plafond soufflant ou la centrale de traitement d’air. Ces équipements sont intégrés aux systèmes de chauffage, climatisation et ventilation des immeubles pour certains. D’autres se présentent sous forme de dispositifs de filtration mobiles ou portables pouvant être installés en complément de la ventilation.

Les dispositifs de propreté d’air sont-ils efficaces contre le SRAS-CoV-2 ?

Dans des espaces clos et peu ou pas ventilés, le SRAS-CoV-2 se propage rapidement dans l’air et s’accumule. Le risque de contagion par les aérosols est alors élevé, exposant les employés, clients et autres personnes à la maladie. Pour diluer la charge de particules de ce virus dans l’atmosphère, les dispositifs de ventilation mécanique et de filtration sont alors nécessaires.

Certains équipements portables utilisant des filtres HEPA (haute efficacité pour les particules de l’air) peuvent filtrer l’air jusqu’à 99,9 %. Par ailleurs, pour une bonne efficacité, les dispositifs doivent être bien installés et utilisés en respectant les consignes des fabricants. De plus, l’entretien doit être régulier et rigoureux, surtout en ce qui concerne les filtres, pour éviter qu’ils soient trop chargés et baissent en efficacité.

Toutefois, ces solutions ne remplacent pas le port d’un masque, le lavage des mains ou l’utilisation du gel hydroalcoolique, ainsi que d’autres méthodes de lutte contre la transmission du coronavirus.

Laisser un message