Sécheresse intime : le bon choix d’hydratant

Occasionnelle ou chronique, la sécheresse intime constitue un véritable frein à une sexualité épanouie. Fort heureusement, de nombreuses solutions sont disponibles et permettent d’hydrater convenablement les cellules vaginales. Toutefois, il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver. Comment s’assurer alors de faire le bon choix ? Nous vous l’expliquons dans cet article !

Sécheresse intime : pourquoi avoir recours à un hydratant ?

La sécheresse intime ou sécheresse vaginale est caractérisée par une lubrification naturelle insuffisante des muqueuses intimes. La cause est la baisse de la production des œstrogènes pendant la grossesse, l’allaitement et le plus souvent à la ménopause. De ce fait, une excitation sexuelle ne suffit plus à garantir une lubrification convenable. Le tissu vaginal perd alors en souplesse, ce qui peut occasionner un inconfort lors des rapports sexuels. Dans ces conditions, le recours à un hydratant à l’instar de ceux d’IntyEssentials permet d’humidifier la muqueuse vaginale. Ils s’adressent principalement aux femmes souffrantes d’une sécheresse intime chronique.

Comment bien choisir son hydratant ?

De nombreux hydratants sont disponibles sur le marché, mais ils ne se valent pas tous. Il convient alors de faire un choix minutieux. Pour ce faire, certains critères doivent être considérés.

L’osmolarité

L’osmolarité ou concentration osmotique est un paramètre fondamental qui est négligé par de nombreux fabricants. En effet, elle peut avoir un impact crucial sur l’état sanitaire des cellules de la muqueuse vaginale. Cela s’explique par le phénomène de l’osmose, c’est-à-dire le déplacement d’un fluide du milieu le moins concentré vers celui le plus concentré. Tous les hydratants renferment des particules dissoutes dans une certaine concentration. De ce fait, trois cas de figure peuvent se présenter. Lorsque l’osmolarité de l’hydratant est largement supérieure à celle des cellules vaginales, il en résulte un assèchement de ces dernières.

A contrario, si celle de l’hydratant est nettement inférieure, les cellules vaginales se gonfleront anormalement d’eau. Ces deux situations sont loin d’être idéales et reflètent malheureusement la plupart des offres disponibles. Quant à la dernière, elle est réalisée lorsque l’osmolarité de l’hydratant est très proche de celle du plasma (270 et 310 mosm/kg). Elle témoigne donc de son efficacité.

Le pH

Le pH est également un critère à prendre en considération lors de l’achat de votre hydratant. Il doit être compatible avec celui de votre vagin afin de ne pas déséquilibrer votre flore vaginale. Idéalement, il doit être d’environ 4,3.

La durée du pouvoir hydratant

Plus la durée d’action de l’hydratant est grande, mieux c’est. En effet, une longue durée vous permet de ne pas sentir de suite les affres de la sécheresse intime. Cela est un critère de taille pour les femmes qui souffrent d’inconfort même en absence de rapports sexuels.

L’absence de certains composés potentiellement dangereux pour la muqueuse vaginale

Assurez-vous que votre hydratant soit exempt de composés comme la glycérine le silicone, les parabènes ou encore le pétrole. En effet, la glycérine est très sucrée et est susceptible d’engendrer un déséquilibre des bactéries de la flore vaginale. Limitez votre consommation de produits sucrés pour ne pas engendrer de déséquilibres au niveau de votre flore. Quant aux trois derniers, ils tendent à provoquer à long terme un dessèchement de la muqueuse vaginale. En outre, ils peuvent aggraver, si elle est présente, l’atrophie vaginale.

En définitive, la sécheresse intime est un problème assez fréquent chez les femmes enceintes, allaitantes ou ménopausées, mais pas uniquement. Elle peut être soulagée par un hydratant. Toutefois, assurez-vous de choisir un modèle en suivant les critères énoncés.

Laisser un message