L’intolérance au gluten en 4 points

L’intolérance au gluten, encore appelée maladie cœliaque, touche environ 1 % de la population européenne. Elle peut, selon le cas, être plus ou moins dangereuse et son traitement ou sa prévention exige une totale éviction du gluten dans l’alimentation. La désinformation qui entoure cependant cette maladie fait qu’elle se propage silencieusement au sein des populations qui, généralement, en ignorent les causes, les symptômes et l’attitude à tenir pour en guérir ou la prévenir.

Qu’est-ce que l’intolérance au gluten ?

L’intolérance au gluten est une maladie chronique de l’intestin grêle causée par la consommation de gluten. Le gluten contient une protéine appelée gliadine et à laquelle sont intolérantes les personnes qui souffrent de la maladie cœliaque. La consommation de certaines céréales comme le blé, l’avoine, le seigle, et l’orge peut entraîner cette maladie, car ces aliments contiennent du gluten. Vous pouvez d’ailleurs consulter les explications d’Intolerancegluten.com pour avoir une liste plus exhaustive des aliments dont la consommation provoque la maladie cœliaque.

L’intolérance au gluten est une pathologie auto-immune qui se manifeste par une disparition évolutive des villosités intestinales qui, en temps normal, participent à la bonne absorption des nutriments comme les glucides, les lipides, les vitamines, etc. La maladie cœliaque provoque donc une altération de la digestion en raison de la mauvaise assimilation des nutriments.

Quelles sont les causes de l’intolérance au gluten ?

Il est à l’heure actuelle impossible de déterminer avec exactitude la cause de l’insuffisance au gluten. Toutefois, certaines constatations et analyses permettent de conclure que la maladie cœliaque est d’origine immunitaire et se développe aussi grâce à une prédisposition génétique. Une enquête a permis de comprendre que 95 % des personnes qui souffrent de cette maladie ont l’un des deux gènes suivants : HLA-DQ2 ou HLA-DQ8. Il est également observé que les parents proches des personnes intolérantes au gluten développent cette même pathologie.

Ces deux constatations soutiennent bien la thèse selon laquelle la maladie cœliaque est due à une prédisposition génétique. Cependant, cette cause ne saurait être généralisée, car, par exemple, 20 % des personnes possédant les gènes cités ci-dessus ne présentent aucun signe d’intolérance au gluten.

D’autres facteurs peuvent être des déclencheurs de l’intolérance au gluten. On peut citer la trisomie 21 ou autres anomalies chromosomiques, le diabète de type 1 ou une infection virale dans l’enfance. La consommation de gluten demeure toutefois le facteur le plus déterminant du développement d’une maladie cœliaque.

Quels sont les symptômes de l’intolérance au gluten ?

La malade cœliaque se manifeste différemment selon qu’elle se développe chez l’enfant ou chez l’adulte. Chez les nourrissons et les enfants, les symptômes classiques sont la diarrhée (souvent graisseuse), la fatigue, des douleurs abdominales ou encore la rupture dans la courbe de croissance (retard de croissance, retard pubertaire).

Chez les adultes, le développement de la maladie se manifeste autrement. On peut fréquemment découvrir chez eux une forme asymptomatique du développement de l’intolérance au gluten. Dans les cas où les symptômes apparaissent, il s’agira surtout de douleurs abdominales d’amaigrissement, de diarrhée, de ballonnement, de fatigue, de pâleur en cas d’anémie, de dépression et d’irritabilité, de crampes musculaires, de douleurs aux os et aux articulations, d’absences de menstruations chez les femmes pouvant même mener à une infertilité.

Comment traiter l’intolérance au gluten ?

Soigner une intolérance au gluten va consister en un point fondamental qui est d’éviter de consommer tout aliment contenant du gluten et cela indépendamment du fait que l’intolérance soit grave ou légère. Au bout d’environ un an d’éviction du gluten, la guérison survient naturellement dans la plupart des cas.

Les intestins reprennent alors leurs fonctions digestives parce que l’absence de gluten dans l’organisme va permettre aux villosités intestinales de se régénérer et de faciliter l’absorption des nutriments. Le respect strict d’un régime sans gluten est donc le meilleur traitement contre la maladie cœliaque.

Laisser un message