La psychologie avant la chirurgie

La chirurgie esthétique est de plus en plus plébiscitée par les personnes qui souhaitent améliorer leur physique. Entre augmentation mammaire, lifting du visage et autres opérations, on a largement le choix en fonction de ses besoins. Toutefois, cette intervention n’impacte pas seulement sur le physique du patient. Elle présente aussi des conséquences sur le plan psychologique. C’est d’ailleurs pourquoi il est essentiel d’anticiper le résultat attendu et de prendre tout le temps qu’il faut lors des premières consultations. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la psychologie avant la chirurgie.

Psychologie et chirurgie : quel lien ?

Il n’est souvent pas évident de faire le lien entre la chirurgie et la psychologie. La chirurgie esthétique englobe une série d’opérations ayant pour but de modifier l’apparence physique d’une personne en intervenant sur une ou plusieurs zones du corps. Elle est en effet souvent basée sur la perception négative que le sujet a de son corps. Cela a directement un impact sur le jugement qu’il porte sur lui-même.

C’est à ce niveau qu’intervient la psychologie. La perception que l’on a de soi est avant tout mentale et peut cacher un profond mal-être, un manque crucial de confiance en soi. Le sujet trouve donc en la chirurgie esthétique un moyen d’aimer son corps à nouveau, de reprendre confiance et d’avoir une meilleure qualité de vie.

Par ailleurs, la modification d’une partie du corps n’est pas anodine et peut engendrer elle-même un trouble chez le patient. Le lien entre psychologie et chirurgie est donc tangible et la préparation psychologique avant l’intervention constitue une obligation.

Préparation psychologique avant la chirurgie : quelle importance ?

Dans le souci de restaurer aussi bien l’aspect physique du corps que la confiance en soi, le Docteur Diacakis, chirurgien esthétique à Paris et sur le reste du territoire, accorde une grande importance aux premières consultations. En effet, avant de valider l’intervention, celui-ci essaie de comprendre les différentes raisons qui motivent la personne à vouloir se faire opérer.

De même, il est important que le patient ait à sa disposition toutes les informations nécessaires. Il devra en effet comprendre les éventuels résultats qu’il peut obtenir après l’opération via des images illustratives. Les modalités pratiques devront également être détaillées ainsi que les complications possibles. Le risque de séquelles psychologiques est en effet fortement noté chez les patients qui sont mal informés. C’est pourquoi l’étape d’information est capitale.

La réalisation du bilan psychologique

En dehors des premières consultations, il est aussi conseillé de se tourner vers un psychologue spécialisé. Ceci est très recommandé dans le cas des interventions relatives à l’obésité par exemple. Ce bilan est un moyen d’identifier les différents troubles émotionnels et intellectuels qui vous animent.

Par ailleurs, il permettra aussi de cerner vos attentes, vos motivations, les difficultés rencontrées actuellement, les troubles du passé, etc. L’idée est donc de comprendre les raisons ou facteurs qui vous ont poussé à prendre la décision de subir une chirurgie.

Il y a également des patients qui souffrent de troubles d’addictions et de troubles psychiatriques. De ce fait, un bilan psychologique incomplet ou une mauvaise connaissance des motivations peut avoir de graves conséquences. Dans certains cas, la chirurgie esthétique peut aggraver des troubles psychologiques déjà présents ou en engendrer de nouveaux.

Il revient donc au professionnel (psychiatre ou psychologue), de faire une analyse de la situation mentale du patient et recommander ou non une prise en charge psychologique avant l’intervention ou vous demander de continuer les consultations du bilan préopératoire. En ce qui concerne la prise en charge psychologique, elle peut durer de nombreux mois.

Refus d’intervention : dans quels cas ?

Il est possible qu’un chirurgien refuse l’opération d’un patient pour des raisons bien précises. La plupart du temps, c’est parce que cette dernière ne permettra pas au patient d’obtenir les résultats escomptés. Ils ne seront donc pas à la hauteur de ses attentes.

Dans d’autres cas, le spécialiste peut estimer que le patient n’est pas en mesure d’affronter les impacts physiques et psychologiques de l’opération. C’est généralement le cas chez les personnes trop jeunes ou dotées d’un mental très fragile. Il arrive aussi que la personne souffre de troubles et que l’opération représente un risque vital.

Se préparer psychologiquement de manière autonome

En dehors du suivi préopératoire par le médecin, il y a de nombreux conseils à suivre en parallèle. Ceux-ci vous permettront de vous préparer psychologiquement à la chirurgie pour une intervention réussie. Le premier point consiste à peser le pour et le contre avant de se lancer. Il est en effet important de vous assurer d’avoir essayé des solutions plus naturelles ou moins agressives afin de remédier aux défauts physiques sources de votre désir de vous faire opérer. Si tous ces efforts préalables se sont révélés vains, le recours à la chirurgie sera alors plus compréhensible. Vous devrez alors vous renseigner sur l’opération que vous souhaitez faire afin de mieux savoir ce qui vous attend.

Par ailleurs, même si des rendez-vous avec un psychologue sont normalement prévus avant l’opération, vous pouvez anticiper et consulter aussi un expert de votre côté. Cela vous permettra de mieux vous préparer et d’aborder vos peurs afin d’être plus serein pour l’intervention. Pensez également, pour mieux vous préparer psychologiquement, à parler de votre projet avec votre entourage. Leur soutien vous sera d’une grande aide.

Pour certains, cela peut être une chose compliquée ou assez tabou, surtout s’il s’agit d’une intervention en vue de perdre du poids. Toutefois, vous devez apprendre à vous libérer et à vous exprimer sans honte. Prenez le temps d’expliquer à vos proches et amis le déroulement de l’opération et partagez avec eux vos peurs et appréhensions. Ceux-ci pourront de ce fait vous apporter un soutien psychologique qui vous sera d’une grande aide pour forger votre mentalité.

Zoom sur les différents points abordés

De nombreux points doivent être abordés dans la préparation psychologique à une chirurgie par le professionnel. Cela permet de mieux appréhender l’intervention et de se préparer à toutes éventualités. L’objectif du psychologue sera de vous aider à prendre la bonne décision. Vu les nombreux effets qui peuvent survenir, la décision d’opération ne doit en effet pas être prise à la légère.

Il est même recommandé de consulter plusieurs chirurgiens pour avoir différents avis et aussi de vous donner un temps de réflexion de 15 jours. En effet, les impacts, qu’ils soient négatifs ou positifs, peuvent se faire ressentir pendant de longues années, aussi bien sur le plan physique, moral qu’émotionnel. Il revient donc au professionnel de vous aider à comprendre les tenants et les aboutissants, autrement dit, les résultats escomptés et les risques potentiels.

Focus sur vos attentes

Pour vous aider à prendre une décision, l’une des premières choses sur lesquelles vous questionnera le professionnel est votre motivation. Cela sous-entend aussi bien des changements esthétiques, que psychologiques. Il est important de faire preuve d’honnêteté afin d’obtenir de meilleurs résultats.

Dans le cas d’une augmentation mammaire par exemple, il faudra déterminer le volume souhaité par rapport à celui actuel. Quel que soit votre choix, il est important d’être en accord avec vous-même, avec votre profond désir de changement. Il ne serait en effet pas raisonnable d’entreprendre une chirurgie si vous n’avez pas un désir profond de changement. En fonction de vos attentes, la prochaine étape sera d’évaluer la faisabilité.

Focus sur la faisabilité

La notion de faisabilité repose ici sur 3 piliers fondamentaux. D’abord, l’intervention doit être techniquement réalisable. Le chirurgien effectuera pour cela une analyse des risques afin de valider ou de désapprouver l’intervention. Ensuite, l’opération envisagée devra être cohérente sur le plan esthétique. C’est ce qui permettra en réalité d’obtenir de bons résultats.

Enfin, le dernier pilier est le rapport de confiance. Il est crucial que vous soyez sûr de vous et que vous fassiez confiance au professionnel qui se chargera de l’opération. Vous devez en effet vous sentir en confiance et sans incertitudes.

L’acceptation des inconvénients

Êtes-vous prêt à supporter les douleurs et inconforts post-opératoires ? Serez-vous en mesure de suivre à la lettre les recommandations du spécialiste avant et après l’intervention ? Pourriez-vous supporter d’être sous médication ou sous certaines restrictions pendant une certaine période ? Vous devez par exemple vous préparer à ce qu’on vous interdise la gymnastique abdominale (suite à une plastie abdominale), le port d’un panty (en cas de liposuccion), les expositions solaires, l’usage du tabac (dans le cas d’un lifting)… Demandez-vous également si vous êtes prêt à respecter la durée de convalescence et à supporter les commentaires sur votre changement physique ?

La préparation aux complications

Il convient de mentionner que la réalité de la chirurgie est différente de celle que vous voyez à la télévision dans les téléréalités. Tout n’est pas toujours rose et les réussites glamour pas toujours assurées. C’est avant tout une opération qui comporte ses risques. Loin d’être un conte de fées où tout se déroule toujours bien, la chirurgie est un sujet sérieux qui nécessite une réflexion plus approfondie.

Dès lors, il est essentiel de comprendre les risques que vous êtes sur le point de prendre. Il est aussi question de vous demander si vous aurez toujours confiance en votre chirurgien en cas de résultats inattendus. Quelles que soient les compétences du spécialiste, le risque de complications ou d’inconformité n’est jamais nul. Vous devez ainsi évaluer votre capacité à faire face aux complications qui peuvent survenir.

La psychologie, indispensable même après la chirurgie

Il a été démontré que le soutien psychologique joue un rôle essentiel dans la réussite d’une chirurgie. Au-delà de la période avant l’intervention, il est aussi requis après, c’est-à-dire au cours de la période post-chirurgie. Il n’est certes plus une obligation légale, mais il est très recommandé.

Quelques avantages de la psychologie après la chirurgie

La psychologie après la chirurgie joue un rôle essentiel puisqu’elle permet de mieux appréhender les résultats et d’apprendre à vivre avec sa nouvelle apparence. L’objectif sera ainsi d’accompagner le patient dans sa nouvelle vie après l’intervention afin qu’il puisse s’adapter aux nouveaux changements. Dans le cas d’une chirurgie de perte de poids, le suivi psychologique permettrait d’éviter les carences ainsi que la prise de poids les années qui suivent.

Dans tous les cas, les patients sont totalement libres d’en faire la demande. Il arrive dans certains cas que ceux-ci soient sujets à des bouleversements émotionnels pouvant être la source de troubles psychologiques après l’opération.

 

Quelques troubles psychologiques pouvant survenir après l’opération

Dans la plupart des cas, les patients arrivent à travers la chirurgie esthétique à améliorer leur image d’eux-mêmes et retrouver leur confiance en eux. Mais pour d’autres, les répercussions ne sont pas aussi positives. Ainsi, certains peuvent développer des sentiments négatifs, car ils n’ont par exemple plus le droit de manger les mêmes choses qu’avant.

Cela peut entraîner une tristesse, une irritabilité, une frustration ou encore une impatience. L’anxiété fait également souvent partie des émotions qui peuvent apparaître après une intervention chirurgicale. Elle peut être relative au non-changement du regard ou de la perception des autres par rapport à soi, à la hantise d’une nouvelle prise de poids…

D’autres patients ont souvent du mal à évoquer ces bouleversements émotionnels post-opératoires parce qu’ils n’arrivent plus à assumer le changement de leur corps suite à l’intervention. Ils n’arrivent plus à se reconnaître, à s’accepter tellement le changement est radical. Pour d’autres encore, c’est plutôt une insatisfaction par rapport au résultat. Dans un cas comme dans l’autre, il est utile de se faire accompagner par un psychologue avant de finir par développer des troubles anxio-dépressifs.

La psychologie avant la chirurgie est un point dont l’importance peut ne pas sembler évidente, mais qui est capital. En effet, elle constitue un accompagnement mental permettant au patient de se préparer à affronter l’intervention sans crainte ni peur. Elle sert à le rassurer, mais aussi à l’orienter tout en comprenant ses motivations. C’est aussi un moyen de le protéger de lui-même en cas de non-faisabilité. Au-delà de l’importance préopératoire de la psychologie, elle est également essentielle durant la période post-opératoire. Elle permettra de vous aider à mieux faire face au changement de votre corps et l’accepter afin d’éviter les différents troubles psychologiques pouvant survenir.

Laisser un message