Incontinence : pourquoi les femmes sont-elles plus touchées ?

Les femmes sont souvent les premières victimes d’incontinence urinaire. Plus de trois millions de Françaises sont en moyenne concernées. Pour les experts, les raisons sont à la fois anatomiques et hormonales. Voici un zoom sur les causes de cette pathologie chez la femme ainsi que quelques conseils pour réduire au maximum le risque d’incontinence urinaire.

Incontinence urinaire : zoom sur les causes de la pathologie chez la femme

L’incontinence urinaire se manifeste par une fuite involontaire de l’urine qui entraîne un problème hygiénique et social. Les femmes sont plus touchées entre hommes du fait des spécificités anatomiques de leur périnée, de la maternité et aussi de la ménopause. Les hommes ne sont pas non plus épargnés, mais ils en sont moins victimes. Chez eux, cela est souvent lié à une hypertrophie de la prostate ou constitue le résultat de suites opératoires. Comme le souligne euro-sante.com, l’incontinence urinaire est aussi liée à l’âge, que ce soit chez les femmes ou chez les hommes.

La maternité, un facteur à risque chez la femme

Il arrive que l’incontinence survienne après la maternité, notamment quand la femme a eu un accouchement difficile ou a accouché d’un bébé de plus de 4 kg par voie basse. Le périnée est ainsi soumis à rudes épreuves. Dans la plupart des cas, le problème se corrige de lui-même ou après quelques séances de rééducation. Mais dans d’autres, cela n’est pas le cas. Les accouchements successifs par voie naturelle amplifient également les risques. Il en est de même des antécédents d’hystérectomie ou d’anomalies anatomiques du côté des voies urinaires.

incontinence femmes

Incontinence urinaire : l’âge et la ménopause

En moyenne 20 % des femmes qui ont plus de 40 ans seraient souffrantes d’incontinence urinaire. Est-ce que cela revient à dire que cette pathologie est liée à l’âge ? La science n’a pas encore tranché, même si l’on sait que la fréquence de l’affection augmente au fil des années notamment à la ménopause. En effet, vers 55 ans, la ménopause entraîne un vieillissement des tissus de manière progressive causant ainsi le relâchement des muscles du périnée. C’est autour de cet âge que l’incontinence survient chez le plus grand nombre de femmes.

L’incontinence urinaire comme effet secondaire d’autres maux

Certaines maladies peuvent augmenter le risque d’incontinence du fait de leur action sur le périnée ou sur la vessie. On peut citer :

  • Les infections urinaires récurrentes
  • Les toux fréquentes dues à une bronchite chronique
  • Les calculs rénaux
  • Le cancer de la vessie
  • Les accidents vasculaires cérébraux

Certains médicaments sont aussi susceptibles d’augmenter le risque d’incontinence du fait de leur capacité à stimuler la production d’urine.

Quelques astuces pour réduire le risque d’incontinence urinaire

Selon plusieurs études, il est possible de diminuer le risque d’incontinence urinaire en prenant certaines précautions. Par exemple, il est apparu que le risque est plus élevé chez les femmes qui fument, qui sont en surpoids ou obèses et chez celles qui consomment trop de café ou de thé. Par ailleurs, la pratique intensive de certaines formes d’activités physiques qui sollicitent de grands sauts ou qui stimulent les poussées abdominales importantes peut constituer un facteur aggravant. Il est donc conseillé de pratiquer d’autres types d’activités sportives qui pourront vous aider à muscler de manière raisonnable le périnée. Il s’agit notamment du vélo ou de la natation.

Il est aussi important après un accouchement de se donner le temps de bien récupérer avant de se mettre à la pratique intense d’activité sportive. Ces différents facteurs sont en effet responsables du développement de cette affection chez des femmes de plus en plus jeunes.

Que retenir ? L’incontinence urinaire survient plus chez les femmes du fait de leur prédisposition anatomique, d’accouchements difficiles et aussi de la ménopause qui est source de relâchement des muscles. Certaines maladies peuvent augmenter également les risques. Cependant, en adoptant un bon style de vie, on peut en limiter l’intensité de l’incontinence urinaire.

Laisser un message