Incontinence : quels sont les principaux facteurs ?

L’incontinence urinaire est une pathologie qui touche près de 3 millions d’individus en France. Elle touche le plus souvent les femmes et peut être passagère ou permanente. Ces fuites urinaires se manifestent par la perte involontaire d’urine et peut avoir différentes causes. Souvent bénigne, elle peut quelquefois cacher une autre pathologie physique plus grave. Quels sont donc les principaux facteurs de l’incontinence ?

L’hygiène alimentaire

Une mauvaise hygiène alimentaire peut favoriser l’apparition de l’incontinence urinaire. Il est donc important de surveiller votre alimentation. Certains aliments peuvent en effet causer une irritation de la vessie. Nous pouvons notamment citer la tomate, le chocolat, l’alcool, les agrumes… De plus, l’hydratation joue un rôle non négligeable dans le développement de l’incontinence urinaire. Afin d’éviter cela, il est recommandé d’espacer la consommation d’eau durant la journée. Il ne s’agit pas de se priver d’eau, mais plutôt d’éviter de trop boire en une seule fois. Pour éviter que cette pathologie n’affecte votre quotidien, consultez les solutions proposées par le site www.oplusmedical.fr qui est spécialisé en conseils santé.

incontinence facteurs

La grossesse et l’accouchement

La grossesse et l’accouchement apportent un certain nombre de modifications corporelles, mais également hormonales. Les facteurs qui peuvent impacter la fonction et la force des muscles du plancher pelvien sont notamment :

  • la pression exercée sur le plancher pelvien et la vessie pendant la grossesse,
  • les efforts de poussée pendant l’accouchement,
  • l’étirement excessif du plancher pelvien lors de la sortie du bébé,
  • le relâchement des muscles abdominaux,
  • la modification de la posture.

De plus, pendant la grossesse et la période d’allaitement, on assiste à la production d’une hormone appelée relaxine. Celle-ci, combinée à la réduction de la production des œstrogènes participent au relâchement au plancher pelvien qui devient ainsi plus faible. Cela entraîne par conséquent, une réduction de la continence et une éventuelle descente d’organes.

La ménopause

La ménopause est une période accompagnée de nombreux changements hormonaux dans la vie des femmes. Elle a un impact majeur sur les muscles du plancher pelvien et survient lors de la baisse de production de la progestérone et de l’œstrogène. Les conséquences sont notamment :

  • une réduction de la masse musculaire incluant les muscles du plancher pelvien,
  • une augmentation du pH vaginal,
  • des tissus vaginaux et un urètre qui perdent en souplesse, en élasticité et en hydratation,
  • une augmentation des risques d’infections urinaires.

Tous ces effets ont pour conséquence l’affaiblissement et le relâchement des muscles du plancher pelvien. Celui-ci ne sera donc plus en mesure d’assurer un support optimal aux organes internes et une bonne continence.

Le surpoids

L’obésité fait également partie des facteurs de l’incontinence urinaire. Lorsque l’on est en surpoids, il y a en effet une forte pression exercée sur le périnée et la vessie, d’autant plus lorsque le surpoids est marqué au niveau de l’abdomen. Ici, une perte de poids est vivement conseillée pour diminuer la pression et ainsi les fuites urinaires.

Le vieillissement

Le vieillissement est un facteur aggravant qui joue également un rôle dans l’apparition et le développement de l’incontinence urinaire. Et pour cause, il entraîne une détérioration des sphincters et des muscles de la vessie. Cela explique bien pourquoi 2/3 des personnes touchées par cette pathologie sont âgées de plus de 60 ans. La survenue de l’incontinence urinaire chez les personnes âgées est accompagnée de facteurs de risques comme la réduction de la mobilité, les troubles des fonctions supérieures, le diabète, etc.

Des solutions pour lutter contre l’incontinence urinaire

Le traitement dépendra du type d’incontinence urinaire dont vous souffrez. Dans tous les cas, il est préférable de se tourner vers un médecin pour un diagnostic précis. La première solution est la rééducation pelvienne et périnéale. Elle a pour objectif de traiter et de corriger les dysfonctionnements des muscles du plancher pelvien et permet également de remédier à toute problématique abdomino-lombo-pelvienne. Cette rééducation passe notamment par la pratique d’exercices adaptés qui permettront d’améliorer la continence urinaire ainsi que la stabilité pelvienne. Pour des effets garantis, vous pouvez vous tourner vers des physiothérapeutes qualifiés en rééducation.

D’autre part, la chirurgie peut également être une solution. Cependant, elle est recommandée uniquement si les médicaments ou les exercices physiques n’ont pas d’effets. L’opération consistera alors à réaliser une augmentation de la taille de la vessie ou créer une nouvelle voie pour le drainage de l’urine. Pour les femmes ménopausées, le suivi d’un traitement hormonal substitutif est une solution très efficace. Dans ce cas de figure, des œstrogènes sont prescrits sous forme de comprimés, de gel à appliquer dans le vagin ou de patch à coller sur la peau. L’incontinence ne doit pas être considérée comme un phénomène normal ou définitif. Si vous en souffrez, alors faites-vous accompagner par un spécialiste qui vous aidera à y remédier dans les meilleures conditions.

Vous pouvez lire également :

Laisser un message