Dans quel cas utiliser un défibrillateur ?

En France, des milliers de personnes meurent chaque année d’un arrêt cardiaque. Pourtant, plusieurs d’entre elles pourraient être sauvées grâce à l’utilisation rapide d’un défibrillateur. Cet article a pour but de vous faire découvrir dans quel cas utiliser cette machine.

Quand faut-il utiliser un défibrillateur ?

Le fait d’utiliser un défibrillateur doit se faire en cas d’arrêt cardiaque certain. En effet, il faut avoir effectivement constaté une absence de signe de vie chez la victime. Pour ce faire, il faut tapoter l’épaule de la victime et :

  • Lui demander de vous serrer la main
  • Lui demander d’ouvrir les yeux
  • Lui demander si elle vous entend
  • Vérifier qu’elle respire (observer si son ventre se soulève).

Tout ceci doit être effectué le plus rapidement possible, car chaque minute qui passe réduit les chances de survie de la victime d’environ 10%. Après une dizaine de minutes d’arrêt cardiaque, on ne peut pratiquement plus rien. C’est la raison pour laquelle pratiquer les premiers soins et respecter la chaîne de survie (appeler les secours, masser la victime, et la défibriller) est si important. Le défibrillateur ne remplace donc pas le massage cardiaque. Il permet de réinitialiser l’activité cardiaque grâce à la délivrance de chocs électriques par l’intermédiaire de 2 palettes conductrices.

Quand parle-t-on d’arrêt cardiaque ?

On parle d’arrêt cardiaque lorsque, pour une raison ou pour une autre, le cœur se trouve dans l’incapacité de propulser le sang vers le cerveau et le reste de l’organisme. C’est un état dans lequel les fonctions vitales d’un individu fonctionnent au ralenti, ce qui peut faire penser qu’il est mort. Le cœur est alors en fibrillation et on parle d’état de mort apparente. Si, à ce moment, on administre à la victime un choc électrique rapide, le cœur peut repartir, si rien n’est fait, elle perd la vie dans les minutes qui suivent la fibrillation auriculaire (fibrillation du cœur).

Les différents types de défibrillateurs

En France, on distingue deux grands types d’appareils cardiaques autorisés par la loi et qui peuvent être utilisés par le grand public. Il s’agit du Défibrillateur Entièrement Automatique (DEA) et du Défibrillateur Semi-Automatique (DSA).

L’utilisation d’un DSA est telle que le choc électrique est provoqué par le témoin. Celui-ci doit, après avoir pris certaines précautions, appuyer sur un bouton pour délivrer le choc. Les précautions à prendre consistent notamment à s’assurer que personne ne touche la victime avant la délivrance du choc. De même, il est important de s’assurer que la zone où les électrodes seront placées n’est pas humide. Si c’est le cas, il faudrait nettoyer avant toute intervention. Avec un DEA, le défibrillateur envoie, en cas de besoin et sans intervention humaine, un choc électrique. Toutefois, l’appareil avertit le témoin quelques secondes avant le choc. Ce mode de sauvetage est le plus souvent conseillé, car il permet même à un débutant d’utiliser l’appareil cardiaque.

Avant d’utiliser un défibrillateur, quel que soit le modèle, il convient de lire la notice d’utilisation et de prendre connaissance des différentes instructions présentes. Ceci est important surtout si c’est la première fois que vous utilisez un tel appareil. Suivez les instructions du défibrillateur jusqu’à l’arrivée des secours. Pour ne pas être victime d’un arrêt cardiaque il est important d’avoir une hygiène de vie saine et d’avoir une pratique sportive régulière.

Laisser un message