Cancer colorectal : les symptômes

Le cancer colorectal fait partie des cancers les plus fréquents et les plus meurtriers. En France, il représente la deuxième cause de décès de cancer. Également appelé cancer du côlon ou cancer du gros intestin, et bien que mortel, il n’est pas incurable. Il peut se guérir à condition d’être dépisté relativement tôt. Les personnes âgées de 50 à 74 ans doivent être à l’écoute de leur corps afin d’identifier les symptômes.

Cancer colorectal, pourquoi se faire dépister ?

Le cancer colorectal est une tumeur qui se forme sur la surface du gros intestin. Le gros intestin est le dernier segment du tube digestif. Il suit directement l’intestin grêle et s’étend jusqu’à l’anus. Sa position et sa longueur sont communes à tous, aussi bien chez l’homme que chez la femme. Lorsque le cancer attaque cet organe du corps humain, la tumeur se situe généralement au niveau de la partie terminale du gros intestin. Cette partie est le rectum. Dans certains cas, la tumeur peut aussi se trouver sur le côlon ascendant. C’est-à-dire dans la partie haute. Le cancer colorectal est donc une maladie du colon et du rectum. Le terme « colorectal » est utilisé, car plus courant et plus simplifié.

Le cancer colorectal peut toucher n’importe quel individu âgé de 50 ans. C’est pourquoi il est conseillé de procéder à un dépistage prématuré pour augmenter ses chances de guérison. Compte tenu du risque élevé de mortalité qu’expose cette maladie, vous devez chercher à en savoir plus sur le dépistage du cancer colorectal, même si vous ne présentez aucun symptôme.

La coloscopie est l’examen médical qui vous permettra de diagnostiquer la formation du cancer. Généralement, les personnes âgées de plus de 50 ans sont les plus exposées à cette maladie. Mais si vous avez des antécédents familiaux, il est possible que vous présentiez les symptômes assez précocement. Il est donc important de se faire dépister de manière régulière, quel que soit votre âge.

Quels sont les principaux symptômes du cancer colorectal ?

Le cancer colorectal est peu symptomatique, il passe généralement inaperçu. Mais si vous faites bien attention à votre corps, vous avez la possibilité de détecter les premiers signes. Il s’agit de principaux symptômes du cancer qui peuvent attirer votre attention. La tumeur située sur le rectum ou sur le côlon ascendant peut présenter des symptômes apparents qui vous amèneront à procéder à un examen médical.

Traces de sang dans les selles et perte de sang par l’anus

Il ‘agit d’un symptôme d’alerte. Des selles sanglantes sont le tout premier signe apparent de ce cancer. On parle, en termes médicaux, de rectorragie ou de méléna. Ce symptôme se manifeste généralement par l’apparition de traces de sang visible à l’œil nu ou absorbé par les selles. Lorsque le sang est absorbé par les selles, vous verrez que celles-ci seront très foncées, c’est-à-dire de couleur noire. La plupart des patients attribuent ces saignements à des hémorroïdes, ce qui n’est pas toujours le cas. Seul un avis médical permet d’établir un diagnostic précis.

Troubles intestinaux chroniques

Il s’agit principalement de changement du rythme des selles, de diarrhée et de constipations prolongées. Le cancer colorectal provoque en effet un bouleversement considérable du fonctionnement du transit intestinal. La diarrhée ou la constipation peuvent durer toute une semaine. Ces troubles peuvent s’accompagner de douleurs importantes au niveau de l’abdomen (crampes intestinales) ou du rectum. La douleur rectale s’accompagne le plus souvent de tensions ou de sensations que le rectum est plein.

Changement de la forme des selles

La présence de la cellule cancéreuse sur le gros intestin conduit au rétrécissement des selles. Malgré ce changement de la forme des selles, qui peut être accompagné par d’autres symptômes, les selles restent difficiles à évacuer. Ce symptôme même s’il n’est pas permanent suffit pour consulter un médecin.

Les signes d’aggravation du cancer

Les principaux symptômes du cancer colorectal peuvent être ponctuels, c’est-à-dire passagers. Ils doivent inquiéter davantage, lorsqu’ils sont fréquents, permanents ou constants. Ces symptômes peuvent s’accompagner d’autres symptômes qui sont les signes d’aggravation du cancer.

Les glaires anales

Les glaires se présentent sous la forme de liquide avec un aspect graisseux. Il s’agit d’une substance translucide qui sort par l’anus. Les glaires s’observent généralement au moment des selles et parfois même en dehors de celles-ci. Ils peuvent être associés à des saignements. Quoi qu’il en soit, les glaires anales ne sont jamais bon signe et cela signifie que le cancer a atteint un stade avancé. Ce symptôme traduit une inflammation du rectum qui est un signe d’aggravation de la tumeur. Il faut immédiatement consulter un médecin.

La perte rapide de poids et l’anémie

L’aggravation du cancer colorectal se manifeste également par une perte rapide de poids de l’individu. La personne atteinte de la tumeur se trouve considérablement amaigrie et en état avancé d’anémie. On parle d’anémie lorsque l’on assiste à une baisse du nombre de globules rouges dans le sang. Cette baisse du taux de globules rouges est due à la permanence des principaux symptômes du cancer, dont les pertes de sang.

Le cas particulier de la femme

Le niveau d’alerte chez la femme concernant les symptômes du cancer doit être plus élevé que chez l’homme. Les saignements dans les selles peuvent en effet être confondus avec les saignements post-ménopause chez les femmes de 50 ans. La confusion peut conduire à une léthargie qui ne sollicitera pas l’avis d’un médecin. Le cancer a alors le temps d’évoluer jusqu’à l’aggravation.

Les causes du cancer colorectal

Comme la plupart des cancers, le cancer colorectal n’a pas de causes précises. Il existe des facteurs qui augmentent le risque chez l’individu. Il s’agit particulièrement du tabagisme, de l’inactivité physique et de la sédentarité. L’apparition de la tumeur peut également être causée par l’obésité ou le diabète. Il faut notamment préciser que l’âge de l’individu est aussi un facteur de risque. Les personnes âgées de plus de 50 ans sont en effet les plus exposées au cancer colorectal. Le risque diminue progressivement à partir de l’âge de 74 ans.

Vous pouvez lire également : nutrition : pourquoi s’intéresser au curcuma ?

Laisser un message