Comment se chausser quand on a les pieds sensibles ?

Il n’est pas rare de ressentir des douleurs incommodantes au niveau des pieds. Il existe cependant des solutions adaptées à chacune des causes pouvant être à l’origine de ces douleurs. Vous trouverez dans cet article des informations sur les différentes pathologies concernées, et sur les chaussures orthopédiques à porter selon celles-ci.

Le syndrome du tunnel cartésien antérieur

Il s’agit d’une pathologie liée à une compression du nerf péronier. Celui-ci se situe sous le fascia, la membrane fibroélastique qui recouvre une structure anatomique. Elle se traduit généralement par une sensation de fourmillement. Autrement dit, on ressent une gêne sur le haut du pied, et des douleurs lorsqu’on se met sur la pointe des pieds. Pour être soulagé de cette douleur, il est impératif d’éviter les chaussures qui compriment le pied, telles que les escarpins fins, les chaussures pointues, etc. À contrario, il faut privilégier les chaussures confortables et adaptées, comme celles que vous trouverez sur ce site, revendeur de matériel orthopédique et de chaussures de toutes sortes, notamment des bottes, des baskets, ou encore des escarpins à bouts ronds, préconisés dans ce cas précis.

La fasciite plantaire

La fasciite plantaire est la cause la plus fréquente des douleurs de pieds. Elle se manifeste par une brûlure de la membrane fibroélastique qui couvre les os et la musculature de la plante des pieds. Pour y remédier, le port des chaussures médicales et orthopédiques s’avère être une bonne solution. Toutefois, si vous n’en disposez pas, vous pouvez intégrer des semelles intérieures conçues à cet effet à vos chaussures habituelles, ou bien opter pour le port de talonnettes.

L’épine calcanéenne

Conséquence directe de la fasciite plantaire, l’éperon calcanéen est une pathologie qui entraîne des douleurs importantes dues à un pincement de la musculature. Généralement, il est localisé sur la zone antérieure à l’os calcanéen. Il a l’apparence d’une proéminence osseuse en forme de bec-de-perroquet, et peut être soigné en portant des talonnettes.

Les fractures de fatigue

Elles apparaissent très souvent chez les personnes qui travaillent debout des heures durant, comme les militaires, les danseuses, etc. Les fractures de fatigue sont souvent fréquentes sur les métatarsiens 2, 3 et 4. Ceux qui souffrent de ce mal ressentent des douleurs intenses sur la zone antérieure du pied, qui peuvent d’ailleurs augmenter au fil des heures de travail. Pour y remédier, il est recommandé de se reposer et surtout de porter des chaussures qui maintiennent parfaitement le pied. Parmi les chaussures qui se classent dans cette catégorie, on distingue notamment les ballerines, les bottes avec lacées, etc.

Le névrome de Morton

Encore connue sous l’appellation de syndrome de Morton, cette affection se localise sur les branches des nerfs interdigitaux vecteurs du transport de la sensibilité vers les orteils, et plus particulièrement sur le troisième et le quatrième nerf. Il prend la forme d’une fibrose et se manifeste chez le patient par une douleur aiguë, accompagnée d’une sensation de brûlure. Pour lutter contre ce mal, il est encore une fois recommandé d’éviter les chaussures qui compressent le pied (souliers à bouts pointus, tropéziennes, sandales lacées) et d’opter pour des chaussures confortables et stables. Parmi celles-ci, nous retrouverons les escarpins munis de brides ajustables et les baskets, notamment. Il peut aussi être préconisé aux personnes sujettes à cette pathologie d’utiliser des semelles adaptées.

Laisser un message